Physique et Médecine Quantique

Physique et Médecine Quantique

 
1. Science et conscience (ou esprit)

Depuis Bacon puis Descartes, la science matérialiste a éliminé l’intuition, les capacités parapsychologiques de la conscience et l’état de conscience modifié de ses méthodes d’observation. Elle n’a donc développé aucune compétence dans le domaine de l’étude des phénomènes spirituels.
Elle ne peut donc se prononcer scientifiquement sur l’existence ou non de l’âme et des esprits.
La physique quantique permet actuellement de supposer un autre modèle de la réalité que celui du matérialisme tiré de la science physique.
Ce nouveau modèle place la conscience à l’origine de tout et présente en tout.
La conscience est une caractéristique fondamentale de toute existence et elle est étroitement liée au monde physique.
Les Aborigènes voient encore l’univers comme un Tout où tout est animé de cette énergie invisible qu’est l’Esprit (la conscience pour nous).
L’astronome et physicien James Jeans disait en 1930 « l’univers commence à ressembler plus à une grande pensée qu’à une grande machine.

2. La conscience et les champs

La conscience n’agit pas dans le vide (au sens figuré du mot) mais sur et dans des champs.
Un champ est un milieu au sein duquel s’exercent certaines forces de nature variées selon le type de champ.
L’exemple le plus connu car le plus important à l’échelle humaine est le champ électromagnétique.
Ce champ dont la lumière et ses photons sont partenaires est très actif dans les processus du vivant.
Un autre exemple est le champ de gravité dont la pesanteur terrestre nous rappelle à chaque instant l’existence.

Dans le cadre des soins énergétiques, on s’intéresse surtout aux champs électriques, magnétiques et bio-photoniques dans et autour du corps humain ainsi qu’aux champs quantiques.

  • Le champ magnétique
    Nous cherchons un motif à la maladie alors qu’il faut que nous comprenions le champ invisible.

    Si on lime un morceau de fer sur du papier, il y aura de la limaille qui va s’éparpiller.
    Mais si on met un aimant sous la feuille, la limaille dessinera une forme.
    La structure ne dépend pas de la limaille de fer mais d’une force invisible appelée le champ magnétique.
    Einstein disait que ces forces invisibles sont les instances dirigeantes de la particule et donc de la matière.
    Une nouvelle approche quantique considérera que les forces invisibles influencent fortement le monde physique.
    Les cellules sont comme les limailles de fer, les formes qu’elles prennent que ce soit la santé ou la maladie ne sont pas dues à la cellule elle-même mais à ces champs d’énergie invisibles qui ont une importance primordiale sur nos vies.

    • Le champ bio-photons

    Dans les années 80, le physicien Popp a découvert que les cellules de tous les organismes vivants émettaient et emmagasinaient aussi des particules de lumière porteuses d’énergie, les bio-photons.

    Schwartz et Creath, professeurs de science optique, ont pu filmer les guérisseurs en action et montrer que l’expression d’une intention de guérison créait des ondes lumineuses, émanant des guérisseurs comptant parmi les plus organisées qui existent comme un rayon laser.
    Ce que les scientifiques appellent intention semble se manifester sous la forme d’un flux ordonné de photons pouvant être vus et mesurer par un équipement suffisamment sensible.

    Lynne Mc Taggart a présenté une synthèse de recherches dans lesquelles il est apparu qu’une intention focalisée produit une énergie assez puissante pour transformer la composition moléculaire de la matière et exercer une influence sur des machines et même des organismes multicellulaires complexes comme l’être humain.
    Toujours selon Mc Taggart, lors d’une séance de guérison, il se déroulerait une sorte d’accord bio-phonique entre soignant et soigné, un dialogue qui se passerait au niveau quantique entre les champs des 2 protagonistes. Ce dialogue ramènerait une information cohérente au corps malade, comme un rappel ou une reprogrammation.

    • Le champ du vide quantique

    Un autre concept est utile pour modéliser l’interaction de la conscience avec l’Univers, celui du champ du vide quantique.
    Le soi disant vide est en fait un champ d’énergies vibrantes interconnectées.
    Ce champ fondamental lorsqu’il est structuré par la conscience crée la forme.
    C’est l’énergie du champ qui se structure pour former la matière.
    Une fois structuré, il est capable de s’organiser et de se perpétuer lui-même par ses propres moyens.
    La conscience est en rapport direct avec ce champ fondamental.
    C’est l’intention de la conscience qui initie ce processus de transformation de l’énergie en matière et la matière en énergie.

    La science actuelle associe donc au vide de l’espace un champ qui contient une quantité d’informations ou d’énergie d’une densité infiniment plus grande que celle de notre espace-temps lui-même. Ce vide serait donc plein.

    A quoi servent ces myriades d’informations additionnelles que le vide détient ?
    C’est la conscience qui en se reliant à ce vide, va en utiliser les possibilités.
    La conscience, en se raccordant à ce champ hors du temps, peut en extraire des informations qui manquaient dans l’espace temps de notre réalité.
    Ces nouvelles informations vont permettre de rétablir l’ordre, l’harmonie, la cohérence dans la matière.

    Certains chercheurs vont jusqu’à parler d’une construction de la psyché* qui serait directement connectée à l’extérieur de l’espace temps par l’intermédiaire du vide quantique.
    *psyché : siège des pensées et émotions qui se trouvent dans la conscience.

    3. La conscience, une force qui relie

    La capacité de reliance entre toutes les particules de l’univers est appelée lien de supralité et est l’équivalent de ce qui a été dénommé en physique quantique l’enchevêtrement.
    Les effets les plus marquants de la supralité sont d’engendrer :
    – Un lien qui rassemble les consciences éparpillées dans la Nature.
    – L’encodage et le stockage de l’information psychique dans une mémoire délocalisée.
    – La grande toile suprale ou cosmique enveloppe et harmonise tout ce qui est.

    4. Le cerveau et les différents corps : des capteurs de conscience

    Selon Mac Taggart « la conscience est une substance existant en dehors des limites de notre corps. Le cerveau et le corps devraient plutôt être considérés comme des transducteurs, des traducteurs, transmettant, captant et finalement interprétant l’information quantique émanant du champ universel ».
    Si le cerveau est un récepteur pourquoi ne pourrait-on pas, en effet, en changeant de chaîne ou de fréquence, entrer en contact avec d’autres consciences, comme celles des défunts ou d’esprits désincarnés ?
    Tout ce qui existe possède une mémoire ; la mémoire est distribuée partout dans le réseau quantique, dans la grande toile suprale.
    Selon Lipton, les cellules de notre corps disposent de protéines qui jouent le rôle de récepteur à la fois physiologique mais aussi et surtout énergétique. Ces récepteurs sont très sensibles aux ondes et champs électromagnétiques.
    La cellule est aussi disposée à accueillir notre conscience propre (ou âme) via nos antigènes leucocytaires.
    D’ailleurs, les organes transplantés portent toujours les récepteurs d’identité du donneur ; ce qui fait que les receveurs d’organes présentent des changements comportementaux et psychologiques reflétant la personnalité antérieure du donneur.

    5. Les différentes strates de la conscience

    La conscience s’exprime à travers différentes strates ou corps. Elle mobilise et renforce les propriétés de ces strates lorsqu’elle les traverse et interagit avec elles mais elle est aussi enrichie en retour à travers l’intelligence des informations créés par ces strates.

    – Le corps physique

    – Le corps éthérique
    Le corps éthérique peut être vu comme le dépositaire, entre autres, des champs morphogénétiques décrits par Sheldrake. Le champ éthérique permet de résoudre l’énigme de la morphogénèse, le processus qui fait qu’un embryon unicellulaire se développe pour devenir un corps d’organes.
    Le corps éthérique peut être aussi le lieu où se positionnent les méridiens d’acupuncture, les nadis ainsi que les chakras.

    – Le corps émotionnel
    Le corps émotionnel est nécessaire pour rendre compte du vécu subjectif des émotions.
    Prenons l’exemple de la colère : c’est une émotion reliée à notre instinct de survie mais pouvons nous imaginer un agrégat de molécules saisies de rage ?
    Le comportement moléculaire peut être expliqué par les lois de la physique sans que la colère ne puisse lui être attribuée. La colère est un mouvement du corps émotionnel que nous ressentons.

    – Le corps mental
    Le corps mental tient sa nécessité du fait que l’ordinateur biologique qu’est le cerveau, comme tout ordinateur, n’est capable que de traiter des symboles mais pas du sens. Or la pensée fait appel au traitement du sens. Le cerveau ne sait donc pas penser. Ainsi, les possibilités mentales sont clairement immatérielles. Ce sont des possibilités sémantiques, de sens, qui s’activent lorsque la conscience, conditionnée ou non, les effondre, les choisit dans le corps mental.

    – Le corps spirituel-essentiel
    Le corps spirituel-essentiel est l’interface de la créativité fondamentale qui consiste en sauts discontinus de la pensée même.
    Elle permet la découverte des lois fondamentales qui gouvernent tous les changements de toute la substance dont la réalité est discontinue.
    Elle correspond à la philosophie des archétypes de Platon ; elle n’est accessible qu’au travers de l’intuition.

    Ce que l’on appelle le psychisme est la combinaison des corps émotionnels et mental. Et on appelle « égo » l’ensemble des structures occupant le psychisme.

    6. Conscience et Âme

    L’âme est un champ qui accompagne spécifiquement la conscience individuelle.
    L’âme est la banque de données associée à la conscience individuelle.
    Elle est au centre d’un double mouvement de circulation de l’information ; l’un descendant, l’autre ascendant.
    Descendant, car elle vient agir sur les différents corps munie d’une intentionnalité et riche de toutes ses expériences passées et ascendant car elle s’enrichie des expériences faites par l’intermédiaire des différents corps de la vie actuelle.
    Elle peut être conçue comme la somme des mémoires liées aux expériences qu’a réalisées la conscience individuelle dans cette vie comme dans d’autres.
    Elle est dépositaire de tous les liens supraux qu’elle a tissés avec les autres consciences individuelles qui ont interagi avec elle.

    7. L’amour, une autre manifestation de la conscience

    L’amour et la conscience sont les 2 propriétés fondamentales, intimement liées, de l’Univers.
    L’amour est un mouvement de la conscience qui s’épanouit avant tout dans l’échange.
    Et pour que la conscience puisse goûter de cet amour qu’elle porte en elle naturellement, il lui faut le ressentir et l’exercer envers un autre.
    Laskow « l’amour favorise la guérison en nous reliant à l’ordre naturel des choses et à l’harmonie inhérente à nos cellules, à notre moi et à la conscience universelle. Elle consiste à reformer ce qui s’était fragmenté, divisé, après avoir formé un tout … amour et guérison sont semblables en ce sens que l’Amour permet aussi de retrouver une unité, de faire disparaitre l’illusion de la division ».

    Enfin, un lien naturel et essentiel existe entre l’amour et la conscience : c’est la lumière (biophotonique).
    Xavier, un expérienceur « je ne sais pas si c’était cette lumière qui irradiait d’amour ou cette énergie d’amour qui rayonnait de lumière. Une chose est sûre, cette lumière brillante était pesante, consciente et communicante … ce bain de lumière était doux, tiède, enveloppant comme un nid de coton. Chaque molécule de mon être vibrait de cet amour intense. Je me sentais comme une entité illimitée qui ne faisait plus qu’un avec cette lumière”.

    Références

    • Olivier Chambon « L’approche chamanique de la thérapie »
    • Eben Alexander « La preuve di Paradis »
    • Charles Tart « States of consciousness »
    • Mickael Horner, anthropologue
    • Aziz El Amrani Joutey
    • Bruce Lipton « Biologie des croyances »
    • Beneviste et Montagnier « La mémoire de l’eau »
    • Arnold Mindell « Quantum Mind and Healing »
    • Gary Schwartz “The GOD Experiment” et “The sacred promise”
    • Emmanuel Ransford “La nouvelle physique de l’esprit”

  •